Faut-il supprimer le sucre de notre alimentation ?

Aujourd’hui on va parler du sucre. Cette grande histoire d’amour entre les humains et le sucre est souvent un piège ! Le sucre est très addictif (ah bon ? on avait pas remarqué !) et on le dit même plus addictif que la cocaïne… Effrayant quand on sait que les français consomment en moyenne 35kg de sucre par an (contre 1kg en 1850). Le sucre se cache un peu partout et de ce fait on ne se rend même pas compte de la quantité que l’on ingurgite (la plupart se trouve dans les produits industriels : gâteaux, céréales, plats préparés, sauces, jus, yaourts etc.). On consomme des glucides également sous forme de féculents (pâtes, pain, riz, etc.) et encore une fois, on en consomme trop (notamment trop de féculents dits « blancs » donc raffinés et sans grande valeur nutritionnelle.

Il cause de nombreuses maladies quand il est sur-consommé et pourtant on en a besoin pour être en bonne santé. Comment trouver le juste milieux ?

Dans cet article je vous explique comment il est utile à notre corps et à quel moment il devient néfaste. Il n’est pas forcément question de bon ou mauvais sucres (sauf pour les sucres raffinés), bien qu’il y en ait des meilleurs que d’autres mais il est surtout question de quantité.

Ce qu’il se passe dans notre corps

Lorsqu’on consomme des glucides il se passe tout un ensemble de réactions dans notre corps ! D’abord, il y a la digestion qui permet d’assimiler le sucre : Dans l’estomac le sucre peut perturber la digestion et l’accélérer (donc la faim revient plus vite). Dans l’intestin, en revanche, il permet la destructuration des aliments et cet à cet endroit que le sucre est absorbé et que le glucose rejoint le sang.

Trop de sucre dans notre appareil digestif peut gêner l’équilibre du microbiote : les bactéries se multiplient en trop grande quantité ou déploiement d’un champignon (naturellement présent dans l’intestin) tout au long de notre tube digestif et qui peut provoquer des mycoses.

Notre cerveau à besoin de sucre pour fonctionner correctement, il doit être alimenté en continu car il n’a pas beaucoup de réserves de glucose. Nos cellules et nos muscles en ont également besoin et c’est au moment ou les glucides ne sont plus utilisés par un de ces trois composants de notre corps qu’il devient néfaste.

Après un repas,

Il y a une élévation de la glycémie pendant une à deux heures puis sécrétion d’insuline et enfin, on retourne à un taux de glycémie normale. Si le glucose n’est pas directement utilisé comme carburant, il est stocké par le foie et les muscles (glycogène) afin de permettre un bon fonctionnement de notre organisme (marcher, manger, etc.). Ca, c’est le fonctionnement normal.

Mais

Dès lors qu’il y a une surconsommation, on peut avoir une glycémie instable et cela peut même aller à l’hypoglycémie (beaucoup plus violent) qui se traduit par un épuisement glandulaire. Dans ces cas là, le taux de glucose augmente trop vite dans le sang, il y a trop d’insuline sécrétée et le taux de sucre dans le sang chute trop rapidement. De ce fait, il y a sécrétion d’adrénaline et de cortisol afin de compenser cette chute trop rapide. Tout cela génère du stress et le corps redemande du sucre, un vrai cercle vicieux.

Ce qu’il se passe quand on mange trop de sucre

Le sucre est acidifiant pour notre corps (qui recherche un équilibre acido-basique) et notre corps puise dans nos réserves en minéraux afin de contrer cet excès d’acide. Cela peut mener à une carence en minéraux et entraîner différents problèmes de peau (sécheresses, etc.), cheveux, os, articulations, etc.

Il produit également des colles dans notre corps donc trop de cellules graisseuses, de mucus et sébum d’où les problèmes de peau grasse et acné (etc.), obésité, pertes blanches excessives, rhumes, etc.

Le sucre peut aussi alimenter des maladies telles que le diabète de type 2, le cancer (le sucre est l’aliment favoris des cellules cancéreuses), obésité, etc.

L’OMS recommande de limiter les sucres ajoutés à 25 grammes par jour pour un adulte d’IMC normal.

Il est donc important de limiter notre consommation de sucres ajoutés (et aussi de féculents) mais il ne faut surtout pas faire l’erreur de supprimer totalement le sucre ! On peut éviter les desserts à chaque repas, remplacer les céréales blanches (riz, pain, pâtes) et par des féculents complets qui contiennent plus de fibres et qui aident à la digestion et l’élimination des « colles ». Faites aussi attention aux jus de fruits souvent considérés comme bons pour la santé alors que leur ingrédient principal est le sucre ajouté. Préférez des fruits entiers ou des jus maison. Les sauces et plats préparés sont également à limiter puisqu’ils contiennent beaucoup trop de sucres (et de sel).

Prenez simplement conscience de votre consommation, évitez les excès mais ne vous frustrez pas : c’est contre productif.

J’espère que cet article vous a appris de nouvelles choses et qu’il vous aidera à être en meilleure santé ! Bien évidemment il y aura une suite avec quelques conseils pour limiter le sucre et petites des recettes !

Nadia