Voyage en Inde : la vie là-bas, la culture et notre mission humanitaire.

Comme certain.es le savent, je suis récemment partie dans un orphelinat en Inde, plus précisément dans le Tamil Nadu pour une durée de 3 semaines. Les cultures de nos deux pays sont totalement différentes et nous n’avons pas fait du « tourisme » uniquement, nous avons pu être en contact direct avec les habitants et la famille de membres de notre petit groupe. Je me suis dit qu’un petit article sur ce voyage, notre action et ce que j’en retiens pourrait être intéressant.

Mission.

Nous sommes partis à 7 dans cet orphelinat. Notre mission de base était de financer lits et literies (matelas, couvertures etc…) pour les enfants, mais nous avons appris que les lits avaient déjà été financés par une autre volontaire. Ce ne fut pas un problème car, grâce à cela, nous avons pu rénover la nouvelle chambre des enfants de A à Z : carrelage, peinture, ventilateurs, finitions du toit, et bien sûr les matelas, couvertures et oreillers.

Nous avons eu de l’aide extérieurs pour réaliser les travaux, ce qui nous a bien aidé mais ce qui a également retardé l’avancée des travaux car en Inde, il est normal de ne pas se rendre à un « rendez-vous » sans prévenir, et cela pendant des jours. Et nous n’avions pas le choix que d’attendre qu’ils arrivent.

Aussi, tout ce projet a été possible grâce à Johanna et Johann qui ont choisi de monter ce projet pour leurs études (management de projet) et qui nous ont tous rassemblés : Irina, Christian, Jeffrey, Floriane et moi. Nous n’avons pas réfléchi lorsque cette opportunité c’est proposé à nous car c’était l’un de nos rêves pour la plupart : faire un voyage humanitaire.

Nous avons commencé par faire des petites réunions entre nous pour nous mettre d’accord sur le lieu, le temps passé sur place, l’argent à récolter etc… Nous avons récolté environ 4000 euros afin de financer cette chambre notamment grâce à la plateforme Ulule. Pour cette récolte aussi, nous avons eu de l’aide extérieure comme Sylvain Sester qui a consacré une vente de photos à notre profit (n’hésite pas à aller voir ses magnifiques clichés : ici), AvinciDesign (Sayd) qui a créé de belles affiches pour cette même vente de photos (pour voir son beau travail, clique ici), puis nous avons eu beaucoup de partages sur les réseaux sociaux, et même un article de blog (par ici). Nous sommes très reconnaissants de toute cette générosité !

Comme nous ne faisions parti d’aucune organisation, nous avons dû prendre nous même contact avec cet orphelinat et c’est grâce au site Workaway que nous avons eu cette possibilité. Nous avons donc aidé l’association BLESS.

Retrouves plus de photos et d’infos par rapport à notre mission sur notre page instagram : @mission_inde68

Capture.PNG

En plus d’avoir un peu visité les alentours ainsi que la ville de Pondicherry, nous nous sommes rendus dans un village pauvre (nous leur avons apporté quelques vêtements et jouets), nous avons visité une réserve de vaches (dans laquelle nous avons pu faire un don personnellement) et nous avons été invités dans une université (dans laquelle nous avons été super bien accueillis) afin de parler de notre projet. Nous avons également passé un petit week-end à Auroville (petite ville où les habitants vivent en harmonie, au-delà de leurs croyances, nationalité, opinions politiques etc.).

La vie à l’orphelinat.

Les 3 semaines que nous avons vécues étaient totalement différentes du reste de notre vie, d’abord parce que nous étions en Inde et que le climat est tropical mais aussi parce que nous n’étions pas dans notre confort habituel.

Là-bas, nous étions tous dans la même chambre et pour aller de celle-ci à notre salle de bain, nous devions traverser la cour et ses petits chemins de terres. Notre salle de bain était en fait une salle de bain extérieure, avec un lavabo au grand air et des toilettes douches en béton. (+ petite info utile : ils n’ont pas de papier toilettes là-bas, ils utilisent de l’eau pour se laver directement.)

Nous mangions généralement 3 gros repas par jours (avec nos mains) : petit déjeuner salé, déjeuner et diner. La plupart des plats étaient végétaliens et parfois ils ajoutaient du poisson/de la viande pour les carnistes environ 3 ou 4 fois par semaine.

Nous passions nos journées avec les enfants généralement lorsque nous étions sur place. Autrement nous peignions (pour la chambre) ou profitions du temps. Les journées paraissaient longues, comme nous étions décrochés de nos téléphones et autres appareils électroniques.

Dernière petite chose qui est assez surprenante lorsque l’on n’est pas habitué : les coupures de courants. Il y en a souvent en Inde, et à l’orphelinat, nous en avions plusieurs par jours !

Différences culturelles.

Là-bas, la culture est totalement différente de la notre et les traditions sont très présentes. Cela est déjà visible dans leurs tenues vestimentaires, et surtout celles des femmes. Elles sont, pour la plupart, vêtues de tenues traditionnelles (très colorées) portent beaucoup de bijoux et ont des fleurs dans leurs cheveux. Il n’y a pas que les vêtements qui sont colorés là-bas, les rues sont pleines de couleurs, de sonorités et d’odeurs différentes.

Sur les routes, les klaxons font partie du code : un petit coup pour tourner à droite, un autre pour doubler une voiture, un autre pour dire « avance même si tu ne peux pas avancer, un pour dire « coucou je suis là », « coucou je passe », etc… Et contrairement à chez nous, ces bruits de klaxons ne sont pas du tout dérangeants, ils font partis du décor.

Il est très facile de trouver des plats végétariens, car c’est un peu la norme là-bas. La plupart des restos sont végétariens et proposent beaucoup de plats végétaliens. Lorsqu’un resto propose de la viande il mentionne généralement « non-veg », tout l’inverse de chez nous. Et sur les cartes d’un resto mixte, les choix végés sont visible avant le non-végé et il y a autant de choix dans l’un que dans l’autre. Puis la cuisine est complète et délicieuse ! D’autant plus qu’un repas ne coûte pas grand-chose : environ 2-3 euros par tête !

45050166_1989763241062824_3497278164168605696_n

Pour revenir aux traditions, elles sont également présentes dans leur mode de vie. Par exemple, les femmes et les hommes ont un rôle bien prédéterminé et bien à eux : généralement la femme s’occupe de la maison et de son mari (+ enfants) et le mari fait vivre sa famille. Les relations amicales sont plus réservées au genre masculin tandis que les femmes se concentrent sur la famille. Aussi, le mariage arrangé est normal et accepté par tous (ou la plupart). Il est rare qu’une personne finisse sans se marier car c’est inconcevable pour eux. (Tout ce qui est écrit là n’est pas forcément valable pour tout le monde, mais une grande majorité).

Les valeurs telles que la famille, le respect, l’amour ou l’hospitalité sont très importantes de ce que j’ai pu entendre/remarqué. L’amour au sein d’un couple et la façon de l’exprimé est très différente d’ici, en fait l’un devient un peu la vie de l’autre après le mariage. La famille passe avant tout là-bas. Et il y a toujours quelque chose de prêt à grignoter ou à boire, pas pour les habitants de la maison, mais pour des visiteurs qui peuvent débarquer d’un moment à l’autre, à l’improviste. Les gens peuvent rendre visite à leurs amis, famille ou même à de simples connaissances, ils savent qu’ils seront toujours bien accueillis.

Si on regarde, là-bas, on éduque les personnes à vivre en groupe plutôt qu’individuellement : on le voit avec cette façon d’accueillir mais aussi parce que souvent les membres d’une famille vivent tous ensembles : parents, enfants, grands-parents, … Tandis que chez nous, on nous apprend à vivre d’abord pour nous seul et on espère que le reste viendra par la suite.

La religion est très présente, que ce soit dans les maisons, les écoles, les magasins etc… Il y a quasiment toujours un petit autel dédié au dieu vénéré. La majorité des Tamouls sont Hindous mais il y a également beaucoup de chrétiens et musulmans et chacun vie librement sa religion sans avoir à la cacher. La diversité au niveau des religions est donc visible mais pas forcément au niveau de l’ethnie : il y a des Indiens puis quelques touristes ou quelques rares personnes de type asiatique voire blanc.

Un article n’est pas suffisant pour parler de tout ce que l’Inde a à nous apprendre et pour tous ces beaux souvenirs, j’espère que ce petit aperçu t’a plu. Tu peux retrouver d’autres photos et vidéos sur mon compte insta en story épinglée ! (@ahimsagram_)

28500733_994080407410130_452996613_o

Site workaway : https://www.workaway.info/

Site Ulule : https://fr.ulule.com/