Elles ont arrêté la pilule – témoignages.

            La contraception est, selon moi, un sujet important à aborder. Etant en pleine transition vers une contraception naturelle, je voulais commencer par parler des raisons qui m’ont poussées à arrêter la pilule. Je ne voulais pas me baser uniquement sur mon expérience, car chaque corps est différent, chaque vie et chaque femme est différente. C’est pourquoi je vais intégrer à cet article de petits témoignages d’autres femmes. Mille mercis à elles ! 

Pourquoi j’ai arrêté la pilule ?

J’ai décidé d’arrêter la pilule il y a environ 8 mois. Tout se passait à peu près bien, mes cycles étaient ultra réguliers, je n’avais plus de douleurs, rarement des boutons, bref le top. Mais je ne trouvais pas cela naturel, des hormones supplémentaires dans mon corps, de faux saignements, etc… Puis je me suis renseignée sur les effets secondaires et les autres conséquences que peut avoir la pilule sur la santé et n’étant pas fan des médicaments j’ai tout stoppé.

Je n’avais jamais réellement remarqué les effets secondaires qu’avaient la pilule sur moi avant de l’arrêter, je pensais que les problèmes que je pouvais rencontrer étaient normaux. Durant la période qui précède mes menstruations, j’étais vraiment très irritable et remettais TOUTE ma vie en question, à chaque cycle, au même moment, tout était amplifié et je pouvais avoir des sautes d’humeur. Je me pensais même inutile. Je n’ai plus jamais ressenti ces sensations depuis. Je suis toujours un peu plus irritable quelques jours avant le début de mon cycle, mais ça reste assez raisonnable.

J’étais aussi totalement déconnectée de mon corps, de mes émotions et de la vie en elle-même. J’étais comme endormie. L’arrêt de la pilule a été un peu comme une révélation pour moi, je me suis redécouverte et je me sens désormais tellement mieux !

javier-allegue-barros-493611-unsplash

Témoignages :

India :

(a arrêté la pilule il y a 5 mois mais pense la reprendre)

POURQUOI ARRÊTER ? Alors déjà dans une optique d’arrêter les hormones et surtout revenir à moi et à ma féminité, être connectée à mon cycle etc., j’ai aussi pris cette décision à ce moment-là car mon chéri partait pour 6 mois à l’étranger et c’était l’occasion idéale de commencer tout cela sans le stress des rapports sexuels et du risque de grossesse (étant très stressée à l’idée de tomber enceinte trop tôt j’ai aussi peur que le fait de trop y penser puisse m’amener ce type d’expérience un peu trop tôt).

Donc depuis 5 mois je ne prends aucune contraception et honnêtement c’est génial, je me suis sentie très vite connectée à mon corps, même si j’ai lu que souvent il fallait quelques mois avant de ressentir les changements, pour moi ça a été très rapide, je sentais mon ovulation, je sentais l’arrivée de mes règles, le plus perturbant c’était l’intensité des émotions. Tout est amplifié, tout est plus fort et plus intense, alors forcément ça a du bon et du mauvais, mais me sentir connectée à mes émotions/ mon cycle/ mon corps c’est vraiment vraiment le bonheur.

POURQUOI PENSER À LA REPRENDRE ? Alors c’est pour l’instant qu’une idée, et je ne sais pas si je reprendrais une contraception hormonale, c’est simplement que c’est la seule que j’ai connue. Mais pour une raison professionnelle mon chéri est revenu quelques jours de son voyage de 6 mois, et arriva forcément ce qu’il devait arriver, mais même en étant protégés, le fait de ne pas avoir de contraception m’a fait angoisser, et forcément on a eu un accident de préservatif, j’ai été obligée de prendre la pilule du lendemain, gros stress, et pour le coup l’horreur car c’est une pilule qui est ultra dosée (c’était la semaine dernière… j’en sens encore les effets) et du coup cette angoisse etc. sur le coup je me suis dit « non mais comment on va faire quand il sera rentré pour de bon, on vit ensemble enfin l’angoisse ». Du coup j’ai envisagé l’idée de reprendre la pilule, après je m’intéresse à toutes les autres contraceptions et préfère celles sans hormones mais le stérilet au cuivre non merci, je suis tentée par le diaphragme aussi, en complément de la symptôthermie mais tout ça est à voir, j’ai très envie de ne pas reprendre d’hormones car je me sens très bien comme ça, mais je suis très stressée à l’idée de tomber enceinte (alors que les risques sont aussi présents avec la pilule haha, je pense que c’est juste et surtout psychologique).

Pour les changements au niveau de mon corps en fait oui et non, c’est juste qu’en fonction du moment dans le cycle mon corps était différent, en période d’ovulation je sentais mes seins plus lourds, je me trouvais plus lumineuse plus jolie, en période de règles tout le contraire par exemple.

A l’arrêt de la pilule j’ai aussi eu un changement au niveau de la « qualité » de ma peau, j’ai commencé à avoir des petits boutons, une peau un peu plus granuleuse, ça s’est estompé et ça revient uniquement au moment des règles, mais globalement mon corps n’a pas beaucoup changé, ce qui a changé surtout c’est ma vision de mon corps, même quand je ne me trouvais pas au top je me disais que ce corps était mon temple que les petits défauts n’étaient que détails. J’ai appris à voir mon corps comme le temple de ma féminité et ça uniquement depuis l’arrêt de la pilule, est-ce l’arrêt des hormones ou simplement la conscience et le chemin vers le féminin qui fait ça ? Je ne sais pas.

Typhaine :

J’ai arrêté la pilule il y a bientôt un an pour me faire poser un stérilet en cuivre et je suis contente de m’être tourné vers ce mode de contraception.

Alors alors, j’ai arrêté la pilule parce que les hormones je trouvais pas ça tellement naturel et c’est vrai qu’après avoir commencé la pilule il y a 5 ans j’ai pris du poids. Du coup j’ai une amie qui m’a conseillé le stérilet en cuivre et mise à part la pose qui a été désagréable je suis ravie d’être passé à cette contraception qui respecte mieux mon corps. Certes je ne suis pas réglée comme une horloge contrairement d’avec la pilule mais au moins c’est plus naturel, j’ai également perdu le poids que j’avais pris, j’ai moins de sautes d’humeur que lorsque j’étais sous pilule et la chose la plus pratique je pense c’est que j’ai pas besoin de me préoccuper de prendre un cachet à heure fixe, d’avoir des plaquettes d’avance au cas où. Le stérilet est la et il fait son taff !

Fait également étrange puisqu’on m’avait dit que j’aurai plus de douleur avant et pendant les règles et finalement j’en ai moins.

Par contre petit fait à préciser également c’est qu’avec un stérilet en cuivre j’ai vu une augmentation de mon flux mais ce n’est pas non plus fou mais à préciser tout de même.

ahmed-carter-375490-unsplash

Claudia :

J’ai arrêté de la prendre à mes 20 ans après une visite de contrôle chez mon gynéco. Je venais refaire une ordonnance auprès de lui (je la faisais habituellement chez mon médecin traitant) et je suis ressortie de son cabinet 1h30 après sans ordonnance. Nous avons eu une longue et sérieuse discussion sur les moyens de contraception (et la médecine en général) c’était avec des yeux grands ouverts que je l’écoutais attentivement m’avouer des choses assez choquantes sur la pilule ! J’étais bouche bée.

Ce jour-là j’ai appris que la société nous cache les décès de nombreuses femmes dû à la prise de la pilule (en moyenne 20 décès par an en France). Celles-ci meurent d’AVC ou embolie pulmonaire tout ça dans le plus grand silence car bien-sûr, cela rapporte beaucoup trop à l’état. (Sans commentaire). Mon gynéco m’a avoué des choses se disant « bientôt à la retraite et n’ayant plus rien à cacher »…je suis ressortie de ce cabinet un peu chamboulée mais peut être m’a t’il sauvé la vie…

Suite à ça je me suis faite poser le stérilet en cuivre qui selon lui restait le meilleur moyen de contraception à tout niveau ; il n’est pas hormonal, il limite tout type d’infections vaginale, les chances de grossesse sont très faible voir presque impossible, aucun risque d’accident cardiovasculaire ou risque cancéreux…

J’ai été convaincue, c’était sans aucun doute, je faisais une croix gigantesque sur la pilule.

Je vis aujourd’hui avec, j’ai remarqué quelques changements mais je sais pas si ça a été dû au stérilet ou bien à l’âge, la maturité etc. mais je suis beaucoup plus sensible émotionnellement avant mes règles jusqu’à avoir le SPM (syndrome prémenstruel) … Mes règles sont moins régulières entre chaque cycle et pendant leur durée. Mais cela ne m’a jamais dérangé…

Aujourd’hui je pense à me le faire retirer pour des raisons plus morales. J’ai envie d’essayer la manière naturelle mais je sais que si je fais ce choix, j’ai l’intention de le respecter strictement c’est pourquoi je m’y prépare mentalement en me documentant là-dessus. J’attends d’être prête à faire le pas !!!

Lola :

En fait, j’ai pas choisi d’arrêter la pilule, c’est mon corps qui me l’a imposé. J’ai toujours eu des règles douloureuses, et, dès douze ans, le médecin m’a prescrit la pilule, en me promettant mondes et merveilles. Trois ans plus tard, j’en étais à mon 6ème essai de pilule, TOUTES me rendaient malade. Alors, à 16 ans, après plusieurs séries de paralysies du visage, j’ai pris la décision d’arrêter tous les médicaments inutiles, par intuition. Je n’utilisais alors que des capotes.

Néanmoins, mon médecin traitant a voulu, il y a 1 ans que je me retente une dernière fois à la pilule. Même résultat : grosses migraines, fatigue… Puis l’explication : mon taux d’œstrogènes dans le corps est plus élevé que la normale, ré-ajouter l’œstrogène présent dans les pilules ou tout autre contraception hormonale ne faisait qu’épuiser mon corps. Depuis, plus rien du tout.

J’ai posé un stérilet en mars. Et je t’avoue, j’ai vraiment eu mal, j’ai fait un malaise. J’avais et j’ai encore du mal avec l’idée qu’un « corps étranger » soit en moi, et en plus, j’ai mes règles deux fois plus longtemps et abondante. Néanmoins, je regrette pas. Je me sens en meilleure santé et davantage confiante, autant dans mon corps que dans ma tête.

Noémie :

Pourquoi j’ai arrêté la pilule?

Il faut savoir qu’à la base, je n’ai pris la pilule que lorsque j’avais des partenaires réguliers et fiables. En gros, la pilule et moi, c’est un peu je t’aime, moi non plus… Je l’ai gardée pendant un an et c’était chouette, tout allait bien, ma peau était belle ! Puis séparation de couple donc rupture avec la pilule également : je ne voyais pas l’intérêt de m’infliger des hormones alors que je n’en avais pas besoin.

Ensuite, j’ai été de nouveau en couple et j’ai repris la même pilule. Cependant, j’ai remarqué que j’avais une réelle baisse de la libido sous pilule et honnêtement, j’en avais marre de devoir y penser tout le temps et me prendre la tête si jamais je partais en voyage avec un décalage horaire ou si j’avais mal fini à une soirée arrosée.

J’ai choisi de passer à l’implant contraceptif mais pour cela, j’ai dû arrêter pendant un mois la pilule auparavant. Un mois, c’est trop court pour remarquer un quelconque changement hormonal.

L’implant n’a été aussi révolutionnaire que ce que je pensais : je m’attendais à être libérée de mes règles, mais j’ai eu du spotting non-stop durant 6 mois (des tâches de sang en petite quantité mais tous les jours) et en fait, c’était trop perturbant pour moi de ne plus avoir de règles. (La meuf qui sait pas où elle a mal !)

Aujourd’hui, j’ai fait le choix d’une contraception sans hormones et j’en suis très contente.

Les avantages et les inconvénients de la pilule selon toi?

La pilule a quand même un côté pratique parce qu’il y a du choix, donc on pourrait penser que c’est plus facile de trouver une contraception qui te convienne réellement.

C’est facile à prendre et à avoir : même ton généraliste peut la prescrire. Contrairement à l’implant ou au DIU, il faut que ton gynéco le prescrive mais surtout qu’il soit d’accord (ce qui n’est pas le cas de tous) et il y a aussi un risque de se heurter au personnel médical, qui souffre d’un manque manifeste d’informations sur la contraception de maintenant et qui sont restés bloqués dans les années 80…

Les inconvénients sont surtout visibles quand la pilule ne te convient pas (à mon point de vue) : prise de poids, danger pour ta santé. C’est quand même loin d’être anodin et je ne comprends pas qu’on puisse la distribuer comme des bonbons aux ados qui ont de l’acné.

Je sais que j’ai parlé de la baisse de libido comme symptôme. C’est ce que je pensais il y a 7 ans, je pensais réellement qu’il y avait un corrélation entre les deux. Néanmoins, j’ai tendance à remettre ça en doute maintenant : je n’étais pas du tout heureuse dans mon couple et même sous DIU, j’ai traversé des phases de désert. Je pense qu’on fait porter le chapeau sur la pilule parce qu’on nous vend « Le sexe 2 fois par semaine pour un couple heureux et épanoui ! » alors que non, chacun possède sa sexualité et son rythme. C’est le manque de communication et de compréhension de l’autre qui cause surtout la baisse de libido.

Voilà pourquoi nous avons arrêté la pilule pour notre part. La pilule contraceptive est très arrangeante pour certaines femmes, j’en suis totalement consciente et chacune doit trouver ce qui lui convient. Il est quand même nécessaire, et cela pour n’importe quel choix de notre vie, de connaître les avantages ainsi que les inconvénients.

Et toi qu’en penses-tu ? Qu’utilises-tu comme contraception ? N’hésite pas à venir vers moi si tu as des questions ou si tu veux des précisions ! J’y répondrai avec plaisir ! 😀

Ahimsa,

Nadia

28500733_994080407410130_452996613_o